Les Polyquaterniums (+ nbr)

Qu’est ce que c’est ? 

Chimiquement parlant (et c’est important pour la suite), le nom « polyquaternium » est constitué de polymère ou copolymère avec une ou plusieurs fonctions d’ammonium quaternaire. C’est flou je sais ^^.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’ils sont principalement constitué de polymère et/ou copolymer. 

Les polymères sont une grande famille de matériaux isolants et thermiques viscoélastique (visqueux et élastique) de différentes natures :

  • naturels tel que : les fibres végétales (cellulose), les phanères (kératine, collagène, élastine…), le caoutchouc etc…
  • artificiels tel que : l’acétate de cellulose
  • synthétiques tel que : le PVC, polypropylène, polyuréthanes, acryliques, le silicone, élastomères et j’en passe et des meilleurs !

Le numéro qui suit le nom « polyquaternium » est un indicateur d’ordre numérique (comme l’alphabet) selon la découverte de chacun.

En cosmétique, les polyquaterniums synthétiques sont principalement utilisés comme agent filmogène, anti-statique, conditionneur (souplesse, douceur, brillance, volume du cheveux), hydratant (peaux atopiques), viscosant, épaississant, apporte de l’onctuosité, fixateur (coiffure), protecteur et apporte de la substantivité (tiens j’ai déjà vu ça quelque part !)

Tu l’auras compris polyquaternium = silicone !

En l’occurrence, nous sommes exactement dans ce cas là. Il y a quelques temps déjà, on s’est légèrement rendu compte que les silicones présent dans nos produits cosmétiques sont inutiles pour notre peau et nos cheveux et qu’ils sont hyper polluant ce qui est un vrai problème question environnement et santé (recyclage de l’eau potable)… Si tu n’es pas au courant tu peux lire cet article que j’ai rédigé à ce sujet juste ici.

Ah les industriels savent se ré-inventer. C’est vrai, lorsque quelqu’un pointe du doigt un ingrédients parce qu’il est nocif, polluant et j’en passe, dans la cosmétique conventionnel, il faut toujours en trouvé un nouveau (que personne connaît si possible, c’est toujours mieux, ça laisse du temps ^^). Les laboratoires cosmétiques adorent cette famille d’ingrédients car c’est beaucoup moins cher de mettre des polymères dans une crème pour peaux sèches que des ingrédients naturels, pourtant très efficace mais beaucoup plus coûteux !

Réglementation

A noter que tous les polyquaterniums n’ont pas la même réglementation question dosage et beaucoup d’entres eux sont utilisés en cosmétiques ! Cela peut aller de moins de 0.2% à illimité ! En l’occurrence, le polyquaternium-7 peut-être utilisé à max 0.5% le poylquaternium-10 qui est très utilisé dans les produits cosmétiques peut être utilisé à volonté o_O. 

Voilà, tu en sais une grande partie ! Je vais remettre à jour « la petite liste pour faire ses courses » et il est certains qu’on reparlera bientôt de certains ingrédients cosmétiques en détails ou des compos en général… 

Prends soin de ta peau et de tes cheveux ! 🙂 

Bye !

Sources :

http://sciences-physiques.ac-montpellier.fr/ABCDORGA/Famille5/POLYQUATERNIUM.htm

Polymère

Copolymère

Réglementation :

Liste des polymères synthétiques utilisés en cosmétique

Polyquaternium-10

 

Les filtres solaires

C’est l’été, il fait beau (enfin la plupart du temps), on part en vacances ou c’est plus ou moins proche (pardon pour les saisonniers). Et même si ce n’est pas le cas, que l’on vivent près des  côtes ou en plein milieu de la France et en ville, on s’expose plus ou moins au soleil. Alors d’accord, près des côtes l’indice UV est quelque peu plus fort, certes mais cela n’empêche pas de bronzer à force d’aller à la piscine, près d’un lac ou à Paris-plage…

Cela faisait pas mal de temps que je voulais t’en parler sérieusement depuis l’année dernière après l’article que j’ai écris sur notre ami (ou ennemi) le soleil ici et puis l’été passe tellement vite que du coup, le temps de concrétiser l’idée, on étais déjà en octobre ^^

Donc, si tu es normalement constitué et que tu es un minimum au courant, tu sais qu’il faut expressément se protéger du soleil en été et surtout si tu passes tout ton temps dehors (si tu passe ton été à bosser en usine, c’est différent, certes, mais il reste le week-end !). On commence à tous savoir que les rayons UVB et UVA sont néfastes pour notre peau et notre santé, à plus ou moins long termes. Selon la composition de notre peau, cela joue énormément (voir l’article ci dessus).

L’important c’est de se protéger le maximum, ok. Seulement, des produits solaires il y’en a en veux-tu en voilà, de toutes sortes ! On est passé du dit « écran total » à la protection solaire avec indice 20,25,30,50. 50 étant le max proposé en général. Elles sentent bon, on des textures plus séduisantes les une que les autres et te vendent du rêve en mode « bamos a la playa ».

Sauf qu’il y a quand même des choses à savoir sur ces petits produits…

La composition des crèmes solaires

Les crèmes solaires sont comme toutes crèmes classiques une émulsion entre phase aqueuse et phase huileuse. C’est comme tout en cosmétique, il y a du bon et du mauvais. Des compos rempli de produits naturels et d’autres de produits chimiques, ce qui n’empêchent en rien leur efficacité.

Il existe 2 types de filtres qui composent les produits solaires :

Le plus conventionnel : Le filtre chimique

Les filtres chimiques (qui sont la plupart du temps associés entre eux car ils sont souvent inefficace seul contre les UVA et les UVB) ont un mode de fonctionnement cyclique, c’est à dire qu’ils vont (lorsqu’ils sont appliqués sur la peau) absorber les rayons UV néfastes et être de ce fait en état excité en langage scientifique. Pour palier à cet état et revenir à un équilibre stable, ils vont émettre des radiations moins dangereuses pour la peau type infrarouges. Ils agissent comme la mélanine présente dans notre peau et de ce fait la protège.

Le plus vieux : Le filtre minéral

C’est celui qu’on connait depuis toujours car ces filtres sont issus des métaux (titane, zinc…) et sont des poudres blanches qui ont pour but de refléter les rayons UV à la surface de la peau comme un miroir et de les renvoyer d’où ils viennent. Ces filtres sont donc photo-stables car leur seul présence leur permet d’être efficace.

Lequel choisir ?

Les filtres chimiques

Ils pénètrent dans la peau donc sont potentiellement plus allergènes que les autres, c’est pourquoi ils sont présent quasi exclusivement dans les crèmes pour adultes (un non sens pour moi car les adultes aussi notamment les femmes enceintes peuvent être sensibles et sujettes aux allergies).

Le deuxième point négatif et pas des moindres et qu’ils sont polluant. Et chacun sait qu’il n’y a pas grand chose à faire de ce côté là, que se soit dans la mer, dans la piscine, lac… ou sous la douche, les filtres appliqués sur la peau vont forcément atterrir d’une façon ou d’une autre dans les cours d’eau, mer et océans et potentiellement bousiller une partie de la faune et flore marine. Quand on retrouve des filtres dans des moules qui atterriront dans notre assiette, c’est moyen…

Le troisième point négatif est qu’ils agissent maximum 30 min… Quand on nous dit d’en remettre toutes les 2h, tu m’étonnes qu’on bronze quand même !

L’avantage est qu’ils sont transparent à l’application, du coup ça plaît énormément au public qui préfère avoir un bronzage doré sur la plage, nous ne leur en voudront pas mais quand même c’est peu de choses dans la balance…

Les filtres minéraux

Ils restent à la surface de la peau, ce qui empêchent un grand risque d’allergies et d’irritations pour tous ! C’est pour cela qu’ils sont très utilisés dans les produits solaires pour enfants.

Ils ne sont pas polluant donc on les retrouve, à plus ou moins fortes doses, dans les produits naturels et labellisés bio.

Le seul désavantage de ces filtres, lorsqu’ils sont de hautes protection (I50) est qu’ils sont de couleurs blanches, plus épais, plus difficile à étaler car il doit y avoir une couche uniforme pour une bonne protection et du coup plus visible sur la peau. Encore que, aujourd’hui avec le progrès, les laboratoires arrivent en transformant les particules de ces filtres à diminuer largement ce défaut.

Comment les reconnaître ? INCI : Benzophénone/oxybenzone, ethylhexyl methoxycinnamate, 4-methylbenzylidene camphor.

J’ai testé entre les deux indices de protection (30/50) de ma marque solaire favorite :

Filtres UV

Je dois dire qu’il y a une différence entre les deux et la compo explique tout ! Elle est différente pour chacun des laits solaires… Pour plus de protection, l’oxyde de zinc est le 2 ème ingrédient pour l’indice 50 et en 6 ème position pour l’indice 30. Le dioxyde de titane reste en 5 ème ingrédients pour les deux. L’indice 50 contient de l’huile de coco qui par nature est un léger filtre solaire.

L’indice 30 contient de l’hydrolat de camomille en 1 er ingrédient ce qui lui donne une odeur à tomber par terre. C’est elle qui m’a littéralement séduite et qui m’a fait craquer pour le baume après-soleil que je testerais bientôt ! Cependant, après avoir fini le 50, je pense que j’essaierais de me tourner vers une autre marque bio et naturel car la texture et l’odeur (sans parfum) me plaise moins. On s’échappe pas aussi bien que ça des produits conventionnel !

Cela dit je le conseille vivement pour les personnes qui ont besoin expressément d’un produit non allergène, sans parfum, sans huiles essentielles, nourrissant grâce au beurre de karité et huile de coco et extrêmement waterproof (testé après 3 baignades lol) !

Sur ce, j’espère que ça t’aura éclairer sur ce sujet et peut-être t’aidera à choisir tes prochains solaires 😉 

Bye !

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Filtre_ultraviolet

http://tpecremesolaireuv.e-monsite.com/pages/la-creme-solaire/filtres-chimiques-et-mineraux.html

http://tpe-cremesolaire.e-monsite.com/pages/ii-composition-de-la-creme-solaire.html

http://www.e-sante.fr/creme-solaire-bonne-pour-ma-peau-non-polluante-pour-oceans/actualite/468

http://www.lexpress.fr/styles/beaute/creme-solaire-filtre-chimique-ou-filtre-mineral-quelles-differences_1680284.html

http://www.theses.fr/2010MON13505

http://www.oolution.com/bloog/blog/2014/02/13/les-13-perturbateurs-endocriniens-eviter-dans-nos-cosmetiques/

Les compos | L’EDTA

Voilà un composant chimique qui donne à réfléchir… 

L’EDTA ou acide Ethylène Diamine Tétra-Acétique est, comme son nom l’indique, un acide soluble dans l’eau à une température d’au moins 237°C (Ouai c’est chaud !).C’est un agent chélateur (en chimie, qui a la faculté de fixer les cations métalliques).

Il est utilisé dans de nombreux domaines tel que la chimie, la biochimie, la médecine ou l’agronomie mais aussi dans l’industrie du papier, de la photographie, de l’agroalimentaire et bien sûr comme agent stabilisateur en cosmétique…  

Le problème de L’EDTA est qu’il chélate les métaux, ça peut vraiment faire beaucoup de mal au corps humain. Il est particulièrement chélateur du plomb et du calcium (« Cool me diras-tu ! » pour les intoxications aux métaux lourd tel que le plomb, et je répondrais « Oui et Non » car on est obligé de supplémenter en Calcium ce genre de patients pour ne pas en vider l’organisme parce que l’EDTA ne fait pas la différence). J’ai été surprise de tomber sur ce complément alimentaire « détox » lors de mes recherches, qui soit dit en passant est vendu sans ordonnance… Bad, very bad idea…  

Il n’a pas d’actions direct en application sur la peau, c’est pourquoi aucune réglementation n’est en vigueur et que beaucoup de marques l’utilisent dans la formulation de produits en tout genre y compris les produits pour bébé (et même sans se cacher comme ici avec LUSH).

Le souci majeur est que malheureusement tous les produits que nous utilisons se retrouvent dans nos poubelles et/ou dans nos eaux usées. Aucun processus de biodégradation n’existe naturellement et les stations d’épurations n’ont pas la faculté de les éliminer ni les filtres à charbon actif (de nos purificateurs d’eau). Du coup, ce composant se retrouvent (en compagnie des métaux lourd) dans notre eau potable et certainement dans les nappes phréatiques… Un joli cercle vicieux dirons-nous…

Sans même le savoir, nous en ingérons et risquons d’avoir les effets chélateur alors que nous n’en avons pas besoin, et directement dans la salive (et contribuer à la dissolution de l’hydroxiapatite qui est une forme d’apatite de calcium), ce qui peut avoir de forte conséquence sur la santé dentaire. Et je ne parle même pas des conséquences sur  l’écosystème… 

Tu as compris, ce composant est considéré comme très toxique. 

Le meilleur moyen de ne pas prendre part à cette pollution externe et interne au risque de bouleverser complètement ton organisme est de l’éviter à tout prix ! Après tu fais comme tu veux bien entendu ; )

Où le trouve-t-on ? Dans toutes les catégories de cosmétiques type gel douche, savon, crème, sérum, shampoing… (quelques exemples de produits/marques dans cette liste) sauf dans les produits bio ou la charte l’a banni.

Le repérer sur la liste des ingrédients (INCI) : EDTA accompagné ou non (disodium, tétrasodium…)

Pour plus de généralités sur les ingrédients cosmétiques en vidéo ! (Par Julien Kaibeck) http://www.consoglobe.com/comment-reperer-ingredients-nocifs-cosmetique-cg

Et plus d’infos sur mes recherches dans le menu déroulant de mon blog, rubrique Beauté/Les compos, clique ici

J’espère que ce petit article t’aura éclairé un peu plus sur ce qui est présent dans nos cosmétiques de tous les jours !

Bye 

Sources : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/EDTA

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/19245-edta-definition

http://forums.futura-sciences.com/chimie/137639-edta-dangers.html

http://www.observatoiredescosmetiques.com/ingredient-cosmetique/disodium-edta-337

http://www.laveritesurlescosmetiques.com/risiko_fr.php

http://www.dent.wikibis.com/hydroxyapatite.php

Le Formol

Quel jolie nom… ^^ Dés que je l’entends ça me fait penser à la conservation des corps inhumé ou d’êtres vivants dans des bocaux (merci Alien pour ce dernier).

« Ahem »

Ça ne te fait pas envie ? Non ? Heureusement, parce qu’il y a des produits de la famille des aldéhydes qui contiennent des molécules qui, au contact de l’eau pendant certain temps, libère du formaldéhyde à des concentrations variable. Ils sont classés A comme fort allergène par le DIMDI et sont classés cancérigène par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).

« Génial, les peaux sensibles peuvent s’abstenir »

Leurs utilisations en tant que conservateur est encore autorisée dans la composition de produits cosmétiques à hauteur de 0.2%, 0.1% pour les produits dentaires (libérateurs de formaldéhyde) et 5% de concentration pour les vernis (formaldéhyde).

Où les trouve t-on ?  Le formaldéhyde n’est présent que dans les produits pour ongles, contrairement aux libérateurs de formaldéhyde qui sont présent dans toutes les catégories de cosmétiques.

Les repérer :

Le formaldéhyde : Formol, Formalin, Formic aldehyde, Paraform, Methanal, Methyl aldehyde, Methylene oxide, Oxymethylene, Oxomethane.

Les libérateurs de formaldéhyde : 2-Bromo-2-Nitropropane-1,3-Diol, DMDM hydantoin, Diazolidynil urea, Imidazolidinil urea, Quaternium-15.

A bientôt !

Sources : la vérité sur les cosmétique.com

Le flacon.free.fr

La petite liste pour faire ses courses ! Mise à jour

Aujourd’hui, il est tellement compliqué de mettre réellement le nez dans les compos et surtout très long (il faut le dire) de chercher quel ingrédient est néfaste, de répondre à des questions tel que pourquoi ? Dans quels cosmétiques le trouve t-on ? etc…  Déjà parce qu’il faut décortiquer ses produits cosmétiques, trouver les ingrédients qui cloche et ensuite passer des heures à faire des recherches sur le dit ingrédient pour au final apprendre à le reconnaître rapidement et ne pas passer 7h25 dans son supermarché à faire ses courses ou 4h52 à remplir son panier sur sa boutique en ligne !!

La fille qui n’a pas du tout vécu ça, non, non (sifflement) ^^ 

Parce que le plus vicieux, ce n’est pas vraiment les produits classique que l’on connaît tous, les grandes marques tel que L’Oréal, Maybelline, Nivéa et j’en passe car une fois qu’on a retourné 2 ou 3 flacons on se rends vite compte que 80 % (et je suis gentille) du produit fini est blindé d’ingrédients chimique fâcheux et que parfois le gel douche en est un à lui tout seul.

Ahem… 

Non, le plus vicieux, ce sont les marques qui sont à mi-chemin entre le classique et le produit BIO. Il faut le dire avec ces derniers, y a pas trop de soucis, mis à part quelques exemples par ci par là, on peut vraiment plus se fier aux produits certifiés BIO (et j’ai bien dit certifié, pas juste avec du lait de machin bio à l’intérieur ! Attention !!). Par contre, les marques qui utilisent des produits naturels pour fabriquer leurs produits cosmétiques et qui ne sont pas certifiés BIO (écocert, cosmébio, natrue, nature&progres etc…) vont « profiter » de ce statut pour ajouter des produits chimiques totalement nocifs (à moyen ou long terme) car ils coûtent moins cher ! 

« Et ouai, pas con l’oiseau » (Rassurez moi, ça se dit ça ? Nan, parce que se serait plutôt con, et de circonstance pour le coup !)

Donc, si pour des raisons financière ou de confort, vous ne voulez pas vous jeter sur les produits bio pour le reste de votre vie, vous avez la possibilité de faire un petit tri entre les produits totalement dégueu, les moyennement dégueu et possiblement sympa j’ai mis à jour la petite liste pour faire ses courses qui est un outils extrêmement simple pour reconnaître les principaux ingrédients à éviter. 

la petite liste pour faire ses courses 2015

[Les noms précédés d’un tiret sont les suffixes de dizaines d’ingrédients de la même famille]

Le mieux est d’y aller petit à petit quand vous devez racheter un produit en particulier car si vous vous amusez à retourner tout les flacons, tubes et pots de votre salle de bain ça risque de durer très longtemps !

Re la fille qui a vécu ça. Ahem.

Si vous voulez plus d’infos (danger etc…), utilisez la barre de recherche sur mon blog et vous pourrez retrouver une fiche détaillé sur chaque type d’ingrédients (pétroles, silicones, PPG/PEG etc…) ! 

Voilà, vous êtes parer pour faire vos courses et donner plein de douceurs et de joyeusetés à votre corps… 

A bientôt !! 

Le PEG/PPG

Le PolyEthylène glycol 1 et le Polypropylène glycol

C’est un polymère et un composé éthoxylé, ces produits (tout comme le SLS) sont fabriqués principalement à partir d’un gaz très réactif, l’oxyde d’éthylène et avec le principe de l’éthoxylation, il est ensuite purifié. Ces produits synthétique servent d’humectant ou d’agent émulsifiant en cosmétique.

Qu’est-ce qu’on lui reproche ?

Plusieurs choses. Déjà dans le procédé de fabrication, le gaz et la méthode utilisé sont très dangereux car la réaction chimique avec des températures et des pressions extrême à un risque hautement explosif. Malgré la purification, il peut contenir des produits nocifs tel que le Dioxane (1.4 dioxane) qui est classé potentiellement cancérigène par le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer).

Pour l’être humain, au contact, il n’est pas très nocif mis à part qu’il rend les tissus très perméable aux agressions extérieur. Il n’est pas biodégradable, ce qui donne le même problème que les autres produits cité plus haut et est considéré comme le produit le plus polluant en cosmétique.

Le repérer : PEG

Où les trouve t-on ? Dans toutes les catégories de cosmétiques.

La petite liste pour faire ses courses

Voici la petite liste non exhaustive qui regroupent quelques composants dit « néfastes » ou pour certains dit « dangereux » couramment ajoutés dans les produits cosmétiques et d’hygiènes que nous utilisons quotidiennement. J’ajoute à ceux-ci les liens vers les articles que j’ai pu écrire qui expliquent le pourquoi du comment et qui comprennent toutes les sources nécessaires.

Cliquez sur le nom qui vous intéresse !

Les Parabens

Les Silicones

Le Sodium laureth (ou lauryl) Sulfate

Le Méthylchloroisothiazolinone/Méthylisothiazolinone

Les Huiles minérales (mineral oil)

Le Phenoxyéthanol

Le Toluène

Le Triclosan

Bonne journée, à la prochaine !