Les problèmes de peaux | Rougeurs et tâches

La peau et le cerveau sont deux organes intimement liés (grâce à leurs mélanges de même cellules pendant la vie embryonnaire). Du coup, l’activité cérébrale est extrêmement forte dans notre peau dû à la présence dans celle ci de neurotransmetteurs (libérés par les neurones, ils sont indispensable dans notre cerveau pour « transmettre » l’information aux récepteurs).

C’est pourquoi, nous sommes au courant dés que notre peau à des désagréments même si cela ne se voit au premier coup d’œil…

La sensibilité

C’est un problème pour beaucoup d’entre nous, et le pire c’est qu’elle peut toucher toutes les peaux. Elle s’irrite facilement, tire, réagit au moindre produit ou à l’environnement un peu agressif qui nous entoure (soleil, mer…), qui peux picoter, chauffer, brûler (merveilleux non ?)  La cause ? Une grande intolérance dû à de nombreux facteurs autant extérieur (comme les soins, les variations de températures, la pollution, les UV) qu’intérieur. Et oui, le stress est notre pire ennemi, ainsi que l’alimentation ! Sans oublier les probable causes génétique et hormonale… hum hum ^^

Les solutions ?

Un seul mot d’ordre : Apaiser !  De l’intérieur tout d’abord car la peau perd énormément d’eau ce qui rend sa barrière inefficace. Boire une eau la plus saine possible, de source ou minérale par exemple.

Par l’extérieur (traitement de la peau), choisir une eau thermale ou un hydrolat florale apaisante (type hamamélis) à vaporiser matin et soir sur votre peau ainsi qu’en sortie de douche. Si vous utilisez un tonique, le prendre « apaisant » qu’il soit bio ou non. Il faut oublier les nettoyants classique, optez plutôt pour un nettoyant surgras et limiter les gommages et autre soins désincrustant trop abrasif, (là est le problème des peaux grasses et sensible ! Le gommage sans grain est une option efficace (adieu le sucre et poudre de plantes naturelles, snif snif). Une crème de jour anti irritante et/ou apaisante est la bienvenue selon le degré de sensibilité. A défaut, choisir par rapport à votre type de peau et pour peaux sensibles.

Oubliez les ingrédients tel que l’Alcool, les parfums ainsi que tout autre suspectés d’être allergène et/ou irritant. (ex : Methylisothiazolinone/Methylchloroisothiazonilone).

 

Les rougeurs

Elles sont présentes parfois au niveau des joues, du nez, des tempes…  Elles sont dû le plus souvent à une variation de températures. La micro circulation en est bouleversée, les vaisseaux sanguins se dilatent trop vite et communément font apparaître les rougeurs. Ce sont des « Flushes ».

Lorsque ce phénomène est en continu, cela s’appelle l’érythrose (rougeurs homogène) et la couperose (perception d’un léger réseau sanguins) qui peux avec une forte intensité s’accentuer en rosacé (ce qui est mon cas ^^). Dans ce cas, la consultation d’un dermatologue est indispensable.

Les solutions ?

La première chose est de faire attention à son alimentation, sa consommation de tabac, d’alcool, et surtout, surtout son exposition au soleil (haute protection obligatoire) et au source de chaleur présente dans la vie quotidienne (cheminée). Pas facile ? Je sais, croyez moi je passe par là !

Au niveau des soins de peaux, il est conseillé de ne pas se laver le visage à l’eau du robinet. La précédente routine pour la sensibilité conviendra très bien (souvent ces deux problèmes se cumulent)… Un masque d’argile rose ou rouge (pour activer la micro circulation) ou blanche (si acné il y a en plus) 1 a 2 fois par semaine régulera les rougeurs.

Lorsque la température est haute, la peau à tendance à s’échauffer et rougir, appliquer du gel d’aloès (Aloe vera) préalablement conservé au frigo pour inverser la tendance.

Les taches brunes (ou taches de vieillesse, de soleil)

Elles peuvent apparaître à tout âge et sont localisées sur le visage, le cou, le décolleté et les mains. Elles sont dû principalement à l’exposition aux UV (UVA et UVB). Lors de cette situation, la forte production de mélanine par endroit engendre la coloration intense de la peau.

Les solutions ?

Il existe des soins dépigmentant à appliquer sur les taches et en discontinu ainsi que des crèmes hypopigmentantes qui permettent de réduire la production de mélanine sur l’ensemble de la peau.  Le petit « remède de grand-mère » veux que l’on passe un coton préalablement humidifié avec du jus de citron sur les taches pour les éclaircir. Une haute protection quotidienne est OBLIGATOIRE et fuir le soleil pour ne pas empirer le phénomène avec une haute protection journalière sont les plus efficace…

Il existe des traitements beaucoup plus lourds, il est OBLIGATOIRE de prendre un avis médical (dermatologue) au préalable.

La cryothérapie est une vieille méthode qui consiste à traiter par le froid avec de l’azote liquide pour détruire les cellules touchées et d’exfolier la zone dite.

Le peeling est une méthode chimique qui consiste à appliquer et laisser poser un acide  qui va brûler la tache, faire une lésion et une régénération de la peau. Avis aux amateurs…

Le laser à pour but de détruire par la chaleur les pigments de mélanine présent dans la base de l’épiderme.

Cet article est non contractuel, ces infos sont le fruit d’une recherche personnelle et de mon expérience sur ces  problèmes, les solutions sont à appliquer à des cas légers. En cas de doute, consultez un dermatologue, pleeeaassse !

A bientôt !

Les problèmes de peaux | Le contour de l’oeil

La zone du contour de l’œil étant la plus fragile du visage, de part sa finesse et le perpétuel mouvement à cause des expressions du regard, il n’est pas étonnant qu’il lui arrive quelques déboires… 

Les poches

les poches sous les yeux sont un gonflement de la paupière inférieur du à plusieurs raisons, la première étant génétique…

Cela peut-être dû à un dérèglement du flux de l’eau qui créer ses poches disgracieuses par rétention d’eau, à des problèmes rénaux ou hépatiques, à un mode de vie instable (tabas, manque de sommeil, alcool, drogue…)

Invariablement, il y a la vieillesse sous l’effet des 15000 battements de paupières par jour et du temps, les tissus et les fibres de collagène de celle ci se relâchent…

Le système lymphatique fonctionnent mal, ce dérèglement peux entraîner le gonflement des paupières supérieures après une nuit de sommeil trop longue, trop courte ou mauvaise (la lymphe s’accumule et est drainée pendant la journée avec les nombreux clignements de paupières).

Enfin, il y a la présence de graisse… « Oui c’est possible ! » Celle ci se trouve habituellement entre ce dernier et les muscles mais parfois elle peut « glisser » petit à petit et s’accumuler sous l’œil pour former des poches…

Des solutions ?

Il y a peu de remèdes doux mais parfois cela fonctionne pour les atténuer (cuillère froide le matin au réveil, sachet de thé etc…)

Selon le type de poches que vous avez il existe plusieurs traitements. Parfois nous ne pensons pas à regarder notre mode de vie et il est évident que si le problème vient de ça, n’importe quelle chirurgie n’y fera rien à long terme… Le mieux est de d’abord si intéresser de plus prêt et à l’aide d’un médecin et d’examen, essayer de trouver si la cause n’est pas lié directement ou indirectement à de mauvaises habitudes…

La plupart des traitements sont basés sur l’amélioration de la circulation lymphatique ou l’élimination des toxines. par exemple, pour la rétention d’eau, les produits conseillés seront plutôt drainants et pour la cause graisseuse, plutôt basés sur le principe lypolyptique (dissociation des graisses).

Actuellement, pour les cas extrêmes et les plus courageux d’entre nous, la seule intervention chirurgicale esthétique pratiquée est la blépharoplastie. C’est une ablation et un lifting des poches avec un bistouri laser qui s’effectue par l’intérieur de la paupière ( cicatrice invisible).

Les cernes 

Le cerne est une apparition d’une forte pigmentation (allant du bleu au violet foncé) représentant une forme arrondi (creuse ou non) partant du dessous de l’intérieur de l’oeil et pouvant s’étendre plus bas et vers l’extérieur.

Les causes sont multiples. Il est clair que c’est un problème de circulation sanguine (l’accumulation des pigments du sang qui ne sont pas drainés pendant son parcours dans le système veineux qui transparaissent) et de circulation lymphatique (la lymphe est ralenti dans les moments d’activités, c’est un liquide pauvre en nutriment et riche en déchets car son rôle est de nettoyer et de les évacuer).

Pour le cerne creux c’est un souci de collagène.

Bien sûr, le facteur génétique, l’âge, notre mode de vie (stress, alimentation, sommeil, tabac etc…) rentre en ligne de compte et aussi certaines maladies comme les allergies ou conjonctivite…

Il se peut aussi que votre peau soit très très fine et laisse transparaître les vaisseaux sanguins…

Des solutions ?

La première méthode utilisée par beaucoup et qui simple, efficace et économique est tout simplement le camouflage avec du maquillage « parce qu’avoir l’air fatiguée tous les jours ça devient barbant ». Trouver l’anti-cerne qui vous convient peut parfois être un travail de longue haleine car entre la texture (qui ne marque pas les ridules), la couleur (qu’il est préférable de choisir plus clair que son teint), la couvrance etc… on s’y perds vite, heureusement il y a ce qu’il faut sur cette terre et pour tout les goûts ; )

En cosmétique, il existe tout une gamme de soin basés sur la dépigmentation que l’on trouve chez beaucoup de marque d’institut…

Les solutions naturelles sont multiples, un regard sur son alimentation peut être intéressant, certains aliments peuvent améliorer la circulation sanguine comme inclure dans ses plats quotidien de l’ail… Essayer les remèdes de grand-mère ou teste le traitement par la phytothérapie.

Sinon, il y a les méthodes radicales.

Pour les cernes colorées, le laser (cela peut aller d’une à plusieurs séances). Le peeling qui estompe la présence des cernes en faisant peau neuve (parfois sous conditions comme la couleur de peau, l’âge etc…)

Pour les cernes creuses, les injections d’acide hyaluronique qui est une méthode non permanente et dure plus de 6 mois en général ou la lipostructure qui est une chirurgie qui consiste à injecter de la graisse à l’emplacement du creux de votre cerne et qui est lui permanent.

En espérant que cet article vous en aura appris un peu plus sur ces problèmes de peaux.

A bientôt !

Les problèmes de peaux | Les imperfections

Rentrons dans le monde merveilleux et ultra méga glamour des comédons, pores dilatés, inflammations, infections sous cutanées, pustules, papules…  Oui, c’est une pointe d’ironie ; ) 

Qui ça concerne ? 

C’est un sujet délicat car cela peut vraiment pourrir la vie de certaines personnes, de l’adolescence à la ménopause (et parfois plus).

Pourquoi ? Parce qu’à un certain degré, c’est disgracieux et parfois carrément « dégueu ». Oui, on se souvient tous de l’image de l’ado pré-pubère qui est surnommé « calculatrice » parce que (le pauvre) il en a plein la tronche… Et parfois ça continu, à l’âge adulte, et là c’est beaucoup moins accepté dans les mentalités, c’est CENSÉ être terminé, cette période où les hormones n’en font qu’à leurs têtes !

 

Les différences

 

Vous l’aurez compris, il y a plusieurs stades dans ce problème, d’une part selon les conditions (âge, environnement…) et d’autre part selon le degré d’inflammation.

 

On appelle communément imperfections les petites inflammations de la peau, type point noir, microkystes, et boutons, liés (le plus souvent) à la peau mixte à grasse, qui sont crées par l’obstruction des pores de la peau dû à la forte production de sébum par les glandes sébacées.

 

L’acné c’est beaucoup plus…

C’est une maladie de peau, très courante, présentant une affection de la peau. Elle se présente sous forme :

D’acné rétentionnelle : les comédons, présent (le plus souvent) sur les zones actives de production de sébum (front, nez, menton). Parfois il est oxydé par l’air (point noir) et parfois il reste « enfermé » dans une fine couche de peau et conserve sa couleur naturelle, ce qui forme le microkyste (bouton blanc).

D’acné inflammatoire (populo-pustuleuse) : en plus des comédons et des microkystes, certains de ces derniers peuvent se sur-infecter par la bactérie « acnies proponies » présente sur la surface de la peau. Ces infections déclenchent une réaction inflammatoire qui entraîne l’apparition d’un bouton rouge impossible à « percer »et douloureux (papules) ou rouge, douloureux et blanc à sa surface (pustules). Charmant non ? ^_^

D’acné nodulaire (cas grave le plus courant) : une combinaison des deux types précédents et en plus des nodules qui sont des lésions inflammatoires sous-cutané et profonde pouvant se transformer en abcès et mesurant plus de 5mm (en général).

 

Pourquoi ?

On peux différencier plusieurs types d’acné et différentes causes, néanmoins la cause hormonale est la principale et la cause héréditaire joue un grand rôle pour la plupart des personnes.

L’acné juvénile est dû principalement à l’action des hormones libérées lors de la puberté. Il touche plus les garçons que les filles et celui-ci se calme après la fin de cette période.

 

L’acné tardive (adulte) est souvent lié, à la base, à une hyper production d’androgènes (hormones mâles) plus ou moins grande. Lorsque l’acné féminine est résistant aux traitements classique, cela peux révéler une endocrinopathie (dérèglement hormonal). Elle sévit généralement jusqu’à la cinquantaine (ou ménopause) dû à l’atrophie des glandes sébacée…

L’acné de grossesse survient parfois du fait de l’arrêt de la contraception et  un changement de mode de vie (alimentation, stress…)

 

L’acné médicamenteuse est lié à la prise de médicaments, les contraceptions de types estroprogestatifs (le composant progestatifs peut-être acnéigène), les corticoïdes, les anti-épileptiques, les neuroleptiques et antidépresseurs, la vitamine B12 etc…

 

L’acné hexogène est principalement lié au contact d’huiles minérales très comédogénique, les  mécaniciens, garagistes et certains cosmétiques utilisant des huiles minérales et/ou des silicones peuvent de ce fait donner des « boutons d’huiles ». Il existe aussi des huiles végétales comédogène. A l’arrêt de l’application, le problème disparait généralement assez vite.

Autres substances pouvant provoquer de l’acné : Brome, Chlore,  Rayons UV et X.

 

Que faire ?

En ce qui concerne les peaux à imperfections et à tendances acnéiques légères, la première chose à faire est de prendre du recul sur son hygiène de vie. En commençant par l’alimentation : cela n’est pas avéré par la médecine classique, cependant nous nous rendons compte que dans notre cher système civilisé, depuis une bonne cinquantaine d’années, des maladies sont apparues en même temps que l’industrialisation (dont les maladies de peaux, cancers, maladies cardio-vasculaire etc…).
 
Certaines études démontrent que dans des pays où l’alimentation est différente (plus saine, plus végétale etc…), la santé des habitants étaient de meilleurs qualités. Ce sont des soupçons, il y a fort à parier que ce que nous ingérons aient une influence sur notre peau… Analyser un peu et voyez ce que vous pouvez (ou vous voulez améliorer). les cibles sont bien entendu les sources de sucres, de gras comme les produits laitiers, la junk food, l’alcool etc…
 
La seconde est de trouver une bonne routine de soins et éviter certaines mauvaises habitudes comme se coucher sans se démaquiller par exemple. Se nettoyer la peau est indispensable, 1 à 2 fois par jour selon sa sensibilité et surtout bien l’hydrater !
 

A savoir que le Zinc est un très bon allié pour lutter contre les problèmes de peaux ! Il est anti-inflammatoire et existe sous différentes formes (gélules, spray à vaporiser…)

Si le souci est hormonal et/ou que vous souffrez d’acné sévère, il y a plusieurs solutions. Un passage chez le médecin est conseillé, cela dit il vaut mieux y aller avec quelques infos de bases…

Il existe tout un tas de traitements locaux (antibiotiques, peroxyde de benzoyle ou rétinoïdes), selon le type d’acné et la sensibilité de la peau. Ces applications sont souvent performantes mais mal tolérées… Il peut arrive d’avoir la peau qui rougit, qui pique voir qui brûle après plusieurs applications de ce type de crèmes…

Ensuite, il y a plusieurs type de traitements médicamenteux….

Les traitements antibiotiques  sont souvent utilisé pour une acné modérée. Les différentes molécules sont les cyclines (tétracycline, doxycycline…) et les macrolides (érythromycine…)
 

Les traitements hormonaux sont indiqués pour la résolution de ce genre de problème.

Androcur, ce médicament prescrit pour les femmes souffrant d’un dérèglement hormonal souvent accompagné d’acné et d’hirsutisme est une solution. Un suivi gynécologique est conseillé. Il existe des effets secondaires, le plus courant étant la prise de poids, selon les personnes cela varie, il est impossible de le prévoir…

Sachez que si vous prenez la pilule pour moyen de contraception, selon les molécules et les progestatifs qu’elles contient, elle peut être la cause et la solution à vos soucis. Souvent, les pilules de 1ère et 2ème générations ont une certaines tendances à amplifier les problèmes de peaux et les 3ème et 4ème (qui ont été controversés il y a quelques temps) favorisent un terrain hormonal féminin.

Si ça ne fonctionne pas, il y a certains traitements très efficace à base d’acétate de cyprotérone avec de l’éthinylestradiol (remise sur le marché depuis peu et contre-indiqués dans certains cas) comme Diane 35.

Il faut savoir que tout traitement hormonal comportent des risques, votre médecin doit savoir vos antécédents et ceux de votre famille proche (maladie cardio-vasculaire, du foie, cancer génital…) C’est pour cela qu’il y a eu autant de débat autour de genre de médicaments mais cela ne veut pas dire qu’aucune personnes ne peut les prendre !

Les traitements à base d’isotrétinoide sont utilisés dans les cas sévères à graves.  Le plus courant et le plus puissant est Roaccutane, ce traitement comporte des risques et de très nombreux effets secondaires (sécheresse cutané, oculaire, sensibilité au rayons UV, sensibilité cutané, variation des taux sanguins, modification du métabolisme, douleurs musculaires…) un suivi mensuel est recommandé pour les femmes et trimestriel pour les hommes.

Il existe aussi des traitements de soins de la peau, en complément ou seul pour accélérer la disparition des microkystes : les nettoyages de peaux dermatologiques (semblables au peeling). Pour les personnes qui ne souhaitent pas de médicaments, il est possible d’utiliser le laser (lumière pulsée, laser à colorant pulsé) et la photothérapie (LED ou diodes) qui est moins douloureuse pour réduire les lésions inflammatoires.
 

Si vous faites face à ce genre de problèmes, le tout est d’être patient car même un très bon traitement peut mettre des mois à rétablir l’équilibre dans votre corps…

 
A bientôt !

Les différents types de peaux

Notre peau, véritable organe, est alimentée par notre système et son fonctionnement peut parfois être dérégler soit par des causes intérieures (le stress, les hormones, l’alimentation…) soit par des causes externes comme le froid, le soleil et certains produits.

C’est pour cela que pour apporter des soins adaptés, connaître son type de peau est essentiel… Il existe 4 genres de peaux et viennent ensuite ce greffer à celles ci des états ou problèmes de peaux dont je parlerais prochainement dans des articles plus détaillés…

La peau normale

Comme son nom l’indique, c’est une peau qui n’a pas vraiment de dérèglement… C’est une peau lisse, homogène et sans imperfections. De ce fait, il suffit juste d’adapter ses soins en fonctions de certaines conditions (météorologique par exemple).

Au quotidien, une simple crème hydratante et un simple nettoyage hebdomadaire permet de maintenir cet état à condition d’effectuer un bon démaquillage journalier.

La peau sèche

Elle se reconnait par ses plaques de sécheresse et sa perte de couleur (teint terne), elle peut devenir désagréable au touché et est très souvent confondu avec une peau déshydratée ! Contrairement à cette dernière qui à besoin d’eau, la peau sèche à absolument besoin de nutrition.

Une crème riche suffit bien souvent à la nourrir au quotidien avec parfois l’addition d’un sérum hydratant… Les masques hydratant et nourrissant plusieurs fois par semaines rendront cette peau plus confortable… Les huiles végétales comme l’huile de coco, d’avocat ou d’amande douce sont l’allié de cette peau en manque de lipides.

La peau mixte

C’est peau sécrète un peu plus de sébum et très souvent sur des zones précises tel que la zone T (menton, front et nez), cela peut entraîner l’apparition d’imperfections, des rougeurs, des zones de déshydratation et même de sécheresse… Elle est plus difficile à traiter au quotidien puisque tout ces états vont et viennent selon certaines conditions…

La base est un nettoyage régulier mais peu agressif et une crème hydratante, d’autres produits se greffe dans la routine de cette peau sujette aux problèmes tel que les masques à l’argile (blanche, jaune, rouge ou rose). Les huiles végétales de jojoba, d’amande douce, de noisette et de rose musquée s’adapte très bien.

La peau grasse

Les personnes porteuses de cette peau ont la chance de connaître un vieillissement cutanées beaucoup moins prononcés et plus lent que les personnes ayant la peau sèche car cette peau produit du sébum en excès et rends sa surface luisante avec les pores dilatés et apparent (vive le glamour lol). Elle est aussi sujette aux imperfections et infections si il y a un manque d’hygiène et des produits trop riche…

Une bonne hygiène est indispensable pour maintenir cette peau la plus saine possible. Gommage, nettoyant et/ou masque purifiant tel que l’argile verte sont utiles pour garder une peau propre. Le nettoyage de peaux en institut s’avère très efficace pour désincruster les pores et le peeling peut être . Les huiles végétales pouvant améliorer cette peau sont celles de noisette, de nigelle additionnée d’huiles essentielles cela peut faire un sérum très efficace pour matifier !

A bientôt !

Sources :

http://www.doctissimo.fr/html/beaute/soins-du-visage/niv2/types-peau.htm

http://www.skin-science.fr/_int/_fr/topic/topic_sousrub.aspx?tc=SKIN_SCIENCE_ROOT^CUTANEOUS_DISORDERS^SKIN_TYPES&cur=SKIN_TYPES

 

La peau

Pour bien la soignée, il est préférable de la comprendre, la connaître…

La peau est l’organe le plus étendu avec ses 2m2 de surface et constitue env 20% du corps humain. Elle comprend 70% d’eau, 25% de protéines, 2% de matières grasses et 0.5% d’oligo-éléments et sels minéraux. Elle est riche d’un réseau nerveux essentiel à la perception de l’extérieur par le toucher et se caractérise par une grande faculté de régénération et de cicatrisation.

L’Epiderme est la couche extérieur de notre peau et est très complexe. On a déjà tous lu « hydratation de la couche supérieure de l’épiderme » sur un produit cosmétique, c’est parce qu’elle est elle même composé de quatre couches, constituée de cellules squameuses et kératinocytes (qui produisent de la kératine et libèrent un ciment constitué de lipides, de cholestérol, d’acides gras et de céramides) et en infime quantité, les mélanocytes (qui produisent la mélanine, colorant naturelle de la peau). Ces cellules sont très dynamique puisqu’elles se transforment en cellules mortes et s’éliminent par desquamation en trois ou quatre semaines. Sa nutrition provient essentiellement du derme par diffusion.

Sa surface est constituée de nervures et de pores qui permettent une très bonne régulation pour l’évacuation de l’eau et de la sueur afin  d’éliminer les toxines et contrôler la température corporelle. Grâce au film hydrolipidique aussi présent elle possède un haut pouvoir d’hydratation, une bonne résistance mécanique et une fonction immunitaire développée par la circulation sanguine qui contient également la flore microbienne (flore bactérienne) indispensable au système immunitaire.

L’épiderme synthétise également la vitamine D3 qui contribue à l’absorption intestinale du calcium et du phosphore.

Le Derme, l’entre deux couches, a une structure faite de fibroblastes et est constitué de fibres comme le collagène et l’élastine, d’un liant sous forme de gel contenant de l’eau et des macromolécules (composé d’acide hyaluronique), et contient la plupart des éléments importants que nous connaissons. Notamment, les follicules pileux (poils), les glandes sudorales (ou sudoripare) qui sécrètent la sueur aqueuse (liquide), les glandes sudorales apocrines (responsable des odeurs) et les glandes sébacées qui produisent le sébum. Il a un réseau vasculaire plus fin que l’hypoderme ce qui lui permet une nutrition propre.

L’Hypoderme, situé plus en profondeur, fait la jonction entre les voies cutanées et les muscles et les tendons. C’est un tissu fibreux, graisseux et vascularisé. C’est un isolant thermique mais aussi un « matelas », il a le rôle d’amortir les chocs extérieur et sert de réserve énergétique pour les besoins des autres organes.

J’espère que cet article vous aura permis de découvrir ce merveilleux organe…

A la prochaine !

 

Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Peau

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/peau/

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/biologie-peau-7189/

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/peau_boutons/sa_3884_peau.htm