Les produits laitiers c’est terminé…

Le questionnement

Cela va faire un an que j’ai pour la première fois ressenti une gêne après un repas. Je n’avais pas vraiment de soucis à ce niveau-là, mis à part quand je mangeais trop, ou trop lourd, ou les deux ^^ #repasdefamille mais comme quasiment tout le monde…

sanslactose_oct17

Il m’est arrivé de ne plus pouvoir boire de lait le matin car je me sentais mal, j’avais des douleurs légères aux intestins mais inconfortables. C’était autour de mes 20 ans, ça a duré quelques mois et ensuite j’ai pu recommencer à en consommer…

L’année dernière, j’ai commencé à avoir quelques troubles intestinaux légers après certains repas. Semaine après semaine, ça a empiré. J’ai commencé à m’intéresser au phénomène, je pensais que c’était dû à la prise d’antibiotiques à répétition (car j’étais tout le temps malade) qui avait complètement déréglé mon microbiote intestinal. À cet endroit du corps, la flore intestinale regroupe des milliards de milliards de micro-organismes. Tout ce petit monde vit dans l’intestin et ce dernier a besoin d’un équilibre entre la présence des bonnes et des mauvaises bactéries pour bien fonctionner et s’adonner à sa tâche favorite : la digestion.

J’ai fait quelques cures de probiotiques (que l’on peut trouver en pharmacie) mais ça n’a pas changé grand chose, et j’ai même commencé à manger plus de yaourt type « Activia » (qui contient des probiotiques) en pensant que ça aiderait mes intestins (tu vas voir plus loin que ce n’était pas une bonne idée). Pour essayer de vivre au mieux ces digestions apocalyptiques qui ont fini par être quasi quotidiennes, j’ai pris du charbon actif (avant, pendant et après les repas). Pendant des semaines, j’ai essayé d’analyser ce que je mangeais pour trouver d’où cela venait mais en vain. À chaque fois une analyse en contredisait une autre…

J’ai décidé d’aller voir un médecin lorsque les crampes sont devenues trop fortes et que je restais pliée en deux dans mon lit après quasiment tous mes repas et le plus souvent le soir. J’en étais arrivée à stresser de manger de peur d’avoir des douleurs après.

Avec mes symptômes, l’idée d’une intolérance lui est vite venue. Elle m’a demandé de retirer pendant 1 à 2 semaines les produits laitiers de mon alimentation pour voir si ça allait mieux… Vu ma consommation (et ma personnalité), ça a été extrêmement difficile de me passer de ce groupe d’aliments ! La première semaine j’ai diminué (mais ça n’allait pas beaucoup mieux) et j’ai réussi à complètement les exclure la deuxième semaine.

Et Oh My God: un bien-être de fou m’a envahit, les douleurs ont quasiment disparu et il restait seulement un certain inconfort certainement dû à mes intestins qui était saturés depuis des semaines…

C’est quoi l’intolérance au lactose ?

Commençons par le commencement:

Le lactose est un glucide complexe (composé de deux sucres bien connus : le glucose et le galactose). Il est présent dans le lait de vache et en moins grande quantité dans les autres laits (chèvre, brebis…). Il est donc présent dans quasiment tous les aliments lactés (fromage, yaourt, crème fraîche etc…). Nous sommes en France alors imagine le nombre de produits que cela concerne !

Ce qui nous permet de digérer le lactose c’est la lactase. Nous produisons cette enzyme dans notre intestin grêle depuis notre naissance pour digérer le lait maternel. Naturellement, le pourcentage de cette enzyme va baisser sur les années de l’enfance avec la baisse de la consommation de lait maternel pour quasiment disparaître à l’âge adulte.

Cependant, il est établi que certaines populations ont plus ou moins tendance à bien digérer le lactose à l’âge adulte et ceci est dû à plusieurs facteurs :

  • Du fait de leur culture gastronomique (élevages, artisanat…). Certaines populations vivent de la production de produits laitiers et en consomment très régulièrement et pour d’autres il n’y a pas un gramme de lactose dans leur alimentation… De ce fait, on peut trouver dans certaines régions du monde pas loin de 5% d’intolérants au lactose et au contraire dans certains pays plus de 50% d’intolérants ! (Afrique, Moyen-Orient, Sud de la France). Globalement, près de 75% de la population terrestre est en hypolactasie (déficit de lactase). Surprenant non ?
  • Du fait de leur génétique. Pour faire court, grâce à l’élevage et à la haute consommation de produits laitiers, durant des millénaires, l’être humain a développé une mutation génétique pour être capable de transmettre le gêne LCT (situé sur le chromozone 2) et ainsi permettre la digestion du lactose aux générations futures.

Le changement 

Ma première réaction a été de ne pas avoir si peur que ça, car j’imaginais ne plus manger énormément de produits laitiers. Il est vrai que j’avais vraiment diminué ma consommation depuis quelques années pour une question d’éthique principalement (l’insémination artificielle des vaches, les hormones de croissances, la séparation des petits au profit de la production…): je ne buvais plus de lait, ne mangeais plus de crème et mangeais très peu de beurre. Il y avait juste le fromage qui restait un de mes mets favoris !

Je me suis vite aperçue que j’en consommais beaucoup et même parfois sans m’en rendre compte. D’une part, le rayon entier d’une boulangerie contient du lactose ^^. Cela limite grandement les desserts ou petits-déjeuners potentiels… Les plats traditionnels en contiennent beaucoup (et pas que Français, je pense à mes amis Italiens par exemple) et bien sûr au moins 50% de ce qui peut se trouver sur une table d’apéro :D.

D’autre part, nos « amis » les industriels ont le chic pour transformer les produits bruts en sous-produits et les inclure un peu partout pour parfaire leurs produits transformés. Exemple: le lait entier en poudre contient environ 5 fois plus de lactose que le lait entier liquide. Tu comprends que si il est présent partout, cela devient très difficile.

Lorsque tu t’aperçois de ça, tu est obligée de regarder la composition du moindre produit alimentaire qui finira dans ton panier: et dans ce cas là, il faut vraiment être parano. Oui, oui parce que tu pourras trouver du lactose (sous toutes ses formes) dans des produits auxquels tu ne penserais jamais en trouver. Quand dans les recettes originales aucun produit laitier n’est utilisé à la base: genre des épices, de la margarine, du houmous, des « sorbets », des sauces, du chocolat dit « noir » etc…

Et au contraire tu seras heureux(se) de trouver des produits que tu ne pensais plus du tout pouvoir manger comme des madeleines, certains gâteaux ou biscuits etc…

Les solutions

Il est évident que la solution de facilité est d’écarter tout ce qui peut contenir du lactose pour être tranquille. Avant ça, il est possible de faire des tests (médicaux ou alimentaires) pour connaître sa tolérance car il reste toujours un tout petit pourcentage de lactase présent dans l’intestin.

Ex: Je sais que je peux manger un tout petit bout de fromage le midi mais pas le soir. Un yaourt ne passe pas. Je ne tolère aucun fromage à pâte dure affiné mis à part le Parmesan mais la Féta passe toute seul (va comprendre ^^) etc… #intolérancesévère

Il y a beaucoup de substituts aux produits laitiers : 

  • Le lait – Le lait matin léger ou les boissons végétales (soja, noisette, amande…)
  • La crème – La crème de soja, de riz, d’avoine, de coco…
  • Le beurre – La margarine « sans lactose ».
  • Le yaourt – Le yaourt de soja ou la compote.

Heureusement, la science est bien faite. Il existe une autre solution pour vivre autrement cette intolérance: la lactase synthétique en gélule. 

On peut la trouver sur internet ou en pharmacie (ne pas hésiter à demander une commande spéciale à son pharmacien !). La prise avant un repas (ou pendant) permet de mieux digérer alors après ce n’est pas un remède miracle, ça reste une supplémentation et peut ne pas avoir la même efficacité que l’enzyme produite par le corps… J’ai remarqué que je ne peux malheureusement pas passer quelques jours à enchaîner les repas bourrés de lactose et les prises de lactase… Ça reste exceptionnel pour moi.

Le petit plus

Je dois avouer qu’avoir ce problème m’a poussée à faire des recherches. Je remercie une amie qui passera peut-être par là de m’avoir prêté le livre « le charme discret de l’intestin » car il m’a beaucoup aidé à comprendre le fonctionnement de mon intestin. Cette partie du système digestif est ce que l’on appelle désormais « le deuxième cerveau » tant on se rend compte de l’importance de son existence au sein du corps humain et sa complexité, ce qui fait littéralement sauter de joie certains scientifiques ^^

Je pousse toutes les personnes à en apprendre un peu plus sur cette partie du corps car mine de rien, savoir certaines choses sur le microbiote peut aider à agir différemment, faire moins d’erreurs et donc avoir moins de problèmes au final…

Sur ce, j’espère que cet article t’aura intéressé, que tu sois intolérant(e) ou pas ! N’hésite pas à partager ton expérience en commentaire, que cela touche de près ou de loin ce problème alimentaire…

À bientôt sur skinsandco !

 

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Microbiote

http://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-lactose-8703/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Intol%C3%A9rance_au_lactose

http://www.sanslactose.com/fr/intolerance-au-lactose/is/201

http://www.sanslactose.com/fr/teneur-en-lactose-de-differents-aliments/is/211

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lactase

 

 

Publicités

Journal du Miam | 1 mois

Déjà un mois que j’ai intégrer le Miam-ô-fruit de France Guillain dans mon alimentation !(Je vous ai dit que cette rubrique n’était pas sponsorisée de quelques façons que se soit ? Nan ? Bon bah c’est fait du coup…)  Le temps passe à une vitesse ! Genre, il a pris le TGV et fait le tour du monde sans cesse ^^ (l’imagination de la meuf… Ahem).

Je dois dire (et peut-être pour la énième fois, sorry) que j’ai complètement adopté ce petit-déj qui ma foi est « So delicious » ! Et j’imagine que plus je vais passer les saisons, plus il va me plaire grâce à la diversité des fruits que nous offre notre bonne vieille mère la terre.

Journal du miam_1 mois

Fort heureusement (expression d’il y a 1 siècle bonjour !), le mois d’octobre nous permet de manger de délicieux fruits bio et local ! Pomme, poire et la fin du raisin « Sniffff ». L’hiver va être un peu plus compliqué pour le coup… Hum hum 

Pour ce qui est des bénéfices, j’ai remarqué que ma peau est de moins en moins sèche au niveau de ma joue atteint de rosacée, d’ailleurs, celle ci a considérablement diminué voir certains jours les rougeurs disparaissent ne laissant plus qu’une légère coloration à l’emplacement de certaines cicatrices.. « Chouette hein ? » 

Je pense que mon alimentation journalière (qui était clairement riche en pain, fromage et pâtisserie en tout genre) est peut-être la cause de beaucoup de mes soucis de peau ! Depuis que je fais un peu plus attention (surtout avec le pain et le fromage, on ne peut pas tout gérer en même temps non plus !), je sens qu’il y a des changements…

Au sujet du Miam-ô-fruit, je viendrais par ici écrire lorsque je le pense nécessaire. Lors d’un changement ou pour blablater ; ). Comme il se peut que des changements se fassent sur le long terme, je pense que ça ne sert à rien de faire un point là quand il n’y a rien à raconter !!

A suivre…

Journal du Miam | Semaine 3

Ok, ok je suis (encore) en retard, encore que 1 jour ça va non ? La fille qui ne veut pas culpabiliser, hum hum…

« Breeeff »

Déjà le bilan de la 3ème semaine du Miam-ô-fruit, incroyable, le temps passe si vite !  Je dois dire que cette semaine ci a été plutôt calme… Du lundi au samedi je mange ce plat en petit-déjeuner et je  pense qu’il est définitivement rentré dans ma routine ! 

Journal du miam_Semaine III

Je profite activement des fruits d’automne (et toujours bio) qui ont sérieusement un goût à tomber par terre !! Je suis retombée amoureuse de la poire et du raisin (surtout le muscat). 

« Qui l’eut cru ? »

Parce que bon, il est clair qu’avant d’intégrer le Miam dans mon alimentation, je mangeais quasiment les mêmes fruits style banane et pomme

« Quelle diversité ! Hum hum »

Et pour être honnête, je n’en mangeais pas tant que ça nature ou cru ! 

Les changements (remarqué cette semaine) : 

  • Je trouve que ce plat t’habitue à manger plus de fruits cru puisqu’il faut au minimum mettre 3 sortes de fruits dedans… 

Et cela fait toujours du bien !! 

A bientôt !! 

Journal du Miam | Semaine 2

« Non madame, non monsieur je n’ai pas arrêté le Miam ! » 

J’ai juste un peu de retard sur la conclusion de cette première semaine…

« Sorry » 

Cette semaine qui s’est passé super bien je dois dire, j’ai continué à préparé le Miam-ô-fruit de France Guillain la veille pour que les fruits s’oxydent un peu et soient plus digeste. Et ça a extrêmement bien marché !

Après 2 jours, j’ai recommencé à le préparer le matin pour le petit déj’ et nickel ! Je pense qu’il fallait un peu de temps aux neurones de mon estomac et mes intestins (oui, il y en a là aussi !) pour comprendre comment digérer correctement un plat aussi riche en nutriments que celui là. 

Journal du Miam semaine 1

« C’est pas joli tout ça ? Miam miam miam » 

Là, c’était pomme, raisins, kiwi et noisette pour changer des amandes… Tellement appréciable de manger des fruits le matin ! 

Les changements : 

Plus de coup de bar après manger ! 

Pas faim pendant 3/4h !

Une peau moins sèche ! 

« Bonheeeuuuuuurrr total »

A la semaine prochaine !! 

Journal du Miam | Jour 5

Alors, alors ! Passé le week-end avec ces petits plaisirs et son petit brunch du dimanche,

« Hé, hé »

J’ai agréablement repris la préparation du Miam-ô-fruit de France Guillain, parce que quand ça fait vachement de bien ! Comme prévu , je l’ai préparé hier soir (désolé c’était pas dimanche en fait, oops’) et je dois dire que ça fait une grande différence au niveau de la digestion ! Aucune gêne ou autre peu après l’avoir dégusté ! 

« Yououh ! » 

Alors forcément, ce matin j’ai mangé dans la petite boite hermétique, pas très sympa tout ça donc je réfléchis à comment le préparer la veille et le conserver au frigo pendant la nuit pour ensuite le transvaser dans un bol ou une assiette ! Parce que quand même la loose de manger dans du plastique chez soi !

« Non ? »

Journal du miam 5

  • J’ai augmenté la quantité de banane d’un 1/4 car je trouve plus savoureux le mélange avec les 2 cas d’huiles !
  • Toujours amande, courge, tournesol
  • Et aujourd’hui c’était raisin grenat coupé en 2 (et vidé de leurs pépins)
  • Une grosse prune jaune coupé en cube
  • 1/2 kiwi coupé en cube 

Un délice !! Et toujours pas faim avant 16 h, que ça fait du bien ! 

Du coup, j’ai décidé de ne pas manger le Miam, juste le dimanche matin, le jour du brunch et de faire un petit point chaque semaine désormais pour partager si je remarque des changements sur mon petit corps… 

A bientôt ! 

Journal du Miam | Jour 4

En ce jour ensoleillé et plutôt chaud, il faut le dire. 

« L’été n’est pas fini, yououh ! »

Le miam-ô-fruit fût aussi un plaisir à déguster. Plus les jours passent et plus je m’habitue à prendre le temps de manger le matin… Ça devient un plaisir et j’avais oublié combien c’en est un ! 

Aujourd’hui, je l’ai préparé avec quelques modif’ (qui sont tout à fait autorisée par France Guillain). J’ai juste remplacé une des deux cuillères à soupe d’huile de colza par de l’huile de noix, cette huile que je n’utilise quasiment pas dans la cuisine et disons qu’au lieu de faire un gommage corps avec (malgré que se soit ultra agréable)

« Si, si »

Je me suis dit que l’utiliser dans cette préparation serait beaucoup plus avantageux pour mon petit corps… Je n’ai pas changé pour ce qui est des oléagineux (amande, graine de tournesol et courge), si ce n’est l’ajout de quelques noix parsemé au dessus de mon bol. 

Et pour les 3 sortes de fruits du jour, ceci : 

Journal du miam 4

  • Une petite grappe de raisins sans pépins (beaucoup plus agréable dans une préparation comme celle ci !)
  • 1/2 pomme bio 
  • 3 prunes allongées (j’ai omis le nom de la variété)

Le tout coupé en petit cube pour mieux les mastiquer et dans un bol comme ci dessous !

« J’aime tellement manger dans un bol ! Serais-ce mon côté asiatique qui prendrait le dessus ici ? 😀 » 

Jour du miam 4bis

Pour ce qui est du « ressenti », une légère sensation de mauvaise digestion pendant mon trajet au travail qui s’est envolé aussi vite qu’il n’était venu ! Serais-ce parce que le Miam était tout juste préparé ? 

Dans son livre elle dit en réponse à la question :

  • « Est-ce que je peux le préparer la veille ? »
  • « Bien sûr ! La banane écrasé et plus légèrement oxydés est même plus digeste. »

La prochaine fois, je vais essayer de le préparer la veille (donc dimanche soir) 

« Oui, car demain c’est brunch ! Comme tout les dimanches. Miam ! »

[Elle conseille d’ailleurs de prendre des pauses, de se faire plaisir avec d’autres repas, par exemple le week-end et c’est ce que j’apprécie vivement dans sa vision ! »]

Demain, on parle beauté donc ! 

« N’enlevons pas cet instant futile qui nous fait plaisir à toute ! » 😉

A demain ! 

Journal du Miam | Jour 3

Rassurez-vous ! Je n’ai pas oublié d’écrire hier pour le jour 2 du Miam-ô-fruit, c’est tout simplement qu’il n’y a pas eu de Miam…

« Quoi ! Déja ? Tss tss »

Situation craignos oblige, je l’avais préparé la veille, mis dans une petite boite hermétique en toute confiance, je pensais le manger avant d’aller au travail… Evidemment, en sortant de mon cours de Yoga avec une dalle d’enfer, je me suis aperçue que j’avais oublié la cuillère… Voilà, voilà ce qui arrive quand tu n’as pas de cerveau. Hum hum.

Aujourd’hui, je l’ai donc mangé comme à mon habitude et même si les fruits étaient légèrement oxydés (surtout la pomme en fait), je n’avais pas du tout envie de le jeter ! Ça n’a rien changé du tout au goût, et j’ai bien pris le temps, cette fois, de le manger en 30 min (au lieu de 20 le 1er jour) en pensant bien à mastiquer chaque petite cuillère que j’avalais.

[Pas de photos aujourd’hui car il était dans une boite hermétique, on ne voyait rien et clairement je ne pense pas que ça aurait donner une belle photographie. Vous voyez le genre.]

Et d’ailleurs, j’ai vraiment eu un « flash » en lisant son livre et ce passage sur la mastication. De nos jours, à cause de nos horaires, du stress ou que sais-je encore, on avale nos repas sans vraiment faire attention à ce que nous engloutissons ! Car nous engloutissons, littéralement ! Et de ce fait, les capteurs dans notre bouche n’ont pas le temps de transmettre les infos à notre cerveau sur ce que nous mangeons et combien nous mangeons… Du coup, nous nous retrouverons à manger 2 voir 3 fois plus que ce que nous devrions ! 

« C’est triste, hein ? »

Cette manière de manger nous dessert au quotidien. Pour ma part, 1 fois par jour avec le Miam-ô-fruit de France Guillain, en étant obligé de bien mastiquer, sous peine de mal digérer, j’espère reprendre cette bonne habitude qu’avait nos grands-parents et ainsi faire du bien à mon petit corps : )

« Ça vaut l’effort non ? »

Et je dois dire que ça a fait toute la différence !! 

  • Je n’ai absolument pas eu mal au ventre ou quelques sensations désagréable que se soit ! 
  • De plus je n’ai pas eu faim pendant plus de 4h ! 

Ce qui je dois dire est plutôt agréable quand on fait un métier physique où l’on est debout et où on a besoin d’être endurant pendant quelques heures…

Je vais continuer chaque jour en profitant des bienfaits de ce petit déj’ spécial : )

A demain !