Mon alimentation | 1 an après

Depuis la mi-juillet 2013, je suis passée à une alimentation beaucoup plus saine et respectueuse. Je ne suis pas végétarienne et encore moins végétalienne mais il est clair que c’est le jour et la nuit dans mon assiette !

Mon type de régime n’est pas crétois mais à une grosse tendance méditerranéenne (merci maman pour ces merveilleuses bases) car avant je mangeais beaucoup de viandes et de poissons (à tout les repas) et pas le meilleur de ce qui existe (sur tout les points, qualité et éthique), 3x plus de produits laitiers et une bonne portion d’aliments transformés industriellement (de tout type).

Petit à petit, j’ai réappris à m’alimenter (non sans faire d’erreur je vous rassure) m’aidant de recettes pour ne pas avoir de repas morose mais je peux dire aujourd’hui qu’en seulement quelques mois, manger principalement végétal est rentré dans mes habitudes. Je cuisine à 95% végétarien chez moi mais il peut y avoir des exceptions, lorsque j’invite par exemple, ne soyons pas obtus ;). Je considère que nous n’avons pas à être dans des extrêmes, adapté son mode de vie est déjà en soi très bien, on est pas obligé de tout faire bien et sinon de rester les deux pieds dans les mêmes sabot… Du coup, lorsque je sors, je ne réfléchis pas outre mesure, si j’ai envie de ce tartare ou de sushis, souhate ! Et je suis surprise car parfois je n’en ai pas envie où comme lorsque je suis partie en vacances, au bout de 2 jours en communauté, mon esprit et mon corps réclamait plus de végétal !

 

Quels ont été les changements ?

Il y a beaucoup de pistes que je n’ai pas exploré encore vu le peu de temps qui s’est écoulé depuis les premiers changements mais concrètement, j’ai inclus dans mon alimentation les légumineuses (pois chiches, haricot rouges), les oléagineux (noisettes, amandes) et un peu les graines (courges et sésames). Le reste (légumes, fruits, fruits secs) y était déjà et j’essaie de consommer un maximum de produits non raffiné par ma grande copine l’industrie agro-alimentaire comme le sucre roux ou complet, les céréales complètes (pain à mie grise ou noir, galette de riz, pâtes complètes etc…) parce que c’est clair qu’aujourd’hui c’est pour moi insensé de manger, la plupart du temps, des aliments qui ne contiennent plus rien nutritionnellement parlant (fibres, vitamines…) à part un indice glycémique…

En ce qui concerne les produits laitiers, pour plusieurs raisons, j’ai voulu trouver une alternative au lait que je trouvais lourd, gras et difficile à digérer (Bonjour les jus/lait végétaux !). J’ai diminué considérablement les yaourts, ça ne me manque pas et tant mieux, le beurre doux puis salé (« merci les bretons ») qui a fait parti de ma vie et a été remplacé (pendant la période de transition où je mangeais encore des tartines de pain beurre/confiture) par du beurre végétale bio (St Hubert) qui dans mon souvenir n’avait pas du tout le même goûts que les vulgaires margarines, c’était même bon ! Si je dois faire une recette à base de sauce je n’utilise plus de crème fraiche mais de la crème de soja (recette chaude) ou du fromage blanc (recette froide) qui sont beaucoup plus sain. Par contre, je suis une fana inconditionnelle de fromage, là j’ai essayé d’enlever ma portion du soir mais il est clair (et c’est une bonne leçon) qu’il ne vaut mieux pas se restreindre de son VRAI petit plaisir quotidien sous peine de se tourner vers des aliments (trop) riche pour compenser…

Pour parler des apports protéiques, comme j’ai dit plus haut, je ne mange quasiment plus de viandes, de poissons ou de fruits de mer. Cependant, les œufs font parti intégrante de mon alimentation, j’aime ça (pour ne pas dire j’adore) ! Le soja est plus ou moins présents, j’ai essayé lorsque j’étais en transition de refaire mes plats préférés (poulet aigre doux par ex) avec des substituts (comme le soja déshydratés) mais aujourd’hui je remplace par des légumineuses, les recettes végétarienne sont très riche et cela me suffit amplement.

Il y a d’autres sources de protéines in estimé et parfois je suis surprise d’apprendre que dans certains légumes il y en a plus que dans un morceau de viande…

J’ai aussi décidé, grâce à ma charmante ville qui possède un marché digne de ce nom, d’acheter des produits de saison et local lorsque c’est possible. Malheureusement je ne peux me permettre d’acheter tout « BIO » même si j’aimerais fortement alors selon les prix je prends ce que je peux (c’est toujours mieux que rien) et je privilégie les producteurs qui ne possèdent pas de label mais qui ne traite pas leurs produits (Oui ça existe !). S i jamais je me retrouve à faire mes courses en grandes surfaces, je regarde toujours la provenance des aliments que j’achète car je pense sincèrement qu’un petit geste (concernant la nourriture que nous pouvons produire en France) ne fait pas de mal, bien au contraire 😉

Quels ont été les bienfaits sur mon corps ?

Tout d’abord, mon système digestif m’a grandement remercié (clap clap) de ne pas lui infligé autant d’aliment difficile à digérer au quotidien. Il est clair que je n’ai plus aucune gêne, ces manifestations plus ou moins odorantes ont disparu, je me suis rendu compte qu’elles sont rentrées dans les mœurs alors qu’en fait ce n’est pas normal que ça. Les intestins ont beaucoup de mal à absorber correctement les produits carnés… Ainsi, après quelques temps d’adaptations qu’on appelle aussi détoxination (oui ça ne se fait pas tout seul), j’assimile extrêmement bien tout les aliments végétaux.

Ensuite, j’ai réduit mon apport énergétique naturellement, mon ancienne alimentation était beaucoup trop riche pour moi et mon mode de vie (malgré une activité professionnelle non sédentaire). Il y a toujours un tas de petits plaisirs (et à toute heure de la journée) que je ne me refuse pas et qui serait « en trop » mais bon je resterai gourmande toute ma vie je pense ^^, mais cette alimentation est beaucoup plus adapté.

Le passage à une alimentation saine m’a aussi faire prendre un tournant dans ma vie. Je prends plus soin de moi et de différentes manières. Aujourd’hui, je me dépense assez (avec env 3h/4h de sport par semaine) pour atteindre mon objectif, qui je vous rassure n’est pas de devenir un squelette sur pattes mais d’atteindre mon poids de forme et d’y rester (en sachant que mon travail n’est pas trop fatiguant physiquement, je reste quand même debout toute la journée).

Conclusion

Aujourd’hui manger beaucoup plus végétal fait parti intégrante de ma vie et mes habitudes ont changé facilement et rapidement. Qui lu cru vu mon passé et les traditions familiales ? Bien entendu, j’ai adapté ce que je mange à mon rythme de vie, tout le monde n’est pas fait pour manger exactement de la même manière, selon sa morphologie, ses dépenses énergétiques etc…

Je n’ai d’ailleurs aucun problème concernant l’activité physique, je n’ai pas de coup de « mou ». Un encas avec un fruit bien consistant (banane) ou des noisettes et des amandes + une compote (s s ajoutés) me permet d’aller au sport le soir après mon travail sans manquer d’énergie !

Je n’ai aucun soucis de carence, si vous venez à vous poser la question…

« Je suis ce que je mange »

Cette citation est valable pour nous tous. Je suis ravie d’avoir modifié mon alimentation, je respecte beaucoup plus la communauté animale et l’environnement, je suis beaucoup plus énergique, mon corps me va bien mieux à l’intérieur comme à l’extérieur et ma santé sera sans doute meilleur à l’avenir.

Libre à chacun de manger ce qu’il souhaite ! 😉

A la prochaine ! Bye

Publicités

2 réflexions sur “Mon alimentation | 1 an après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s