Ma blonde

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de la cigarette. Cette blonde, cette clope, cette sèche qui clairement amène notre cerveau à la servitude totale ou partielle et même vous qui en fumait une ou deux par jour, mesdames, messieurs « pour le plaisir », oui oui oui…

Avec le recul je trouve ça très ironique et aujourd’hui je suis totalement convaincu de part mon expérience et celles d’autres personnes que nous sommes liés à la cigarette pour tout un tas de raisons sauf pour le plaisir mais que naturellement nous avons ce genre de discours car au fond ce n’est que la dépendance qui parle. Heureusement que de plus en plus cette idée évolue dans la tête des gens, je rencontre de plus en plus de fumeur qui se disent et avoue que c’est très mauvais pour leurs santé et pour leurs porte monnaie (ça motive toujours un peu plus de nos jours hein).

La première fois que l’on fume, c’est dégueulasse, on s’étouffe etc… Il y a tout un tas de raisons qui nous pousse à en rallumer une autre et une autre,  elles sont propres à chacun et souvent sortie tout droit d’une cervelle inconsciente mais passons… Ensuite, rapidement, vient cette micro décharge électrique qui parcours notre cerveau pour nous pousser à retrouver cette sensation que notre esprit ressent : l’apaisement, le bien-être, le moment de détente minime soit-il car quand on fume une cigarette on est occupé…

L’arrêt du tabac : cette grande décision qui peut changer littéralement ta vie. Aujourd’hui je peux dire sans hésitation que cette substance n’en fera plus parti.

Pourquoi j’en suis sûr ?

Il y a un peu plus de 2 ans,  après une prise de conscience sur l’état de mes poumons : mon asthme grandissant, les maladies pulmonaires à répétitions (bronchite asthmatique), ils ont dit « Stop » : Un pneumothorax. Un séjour à l’hôpital. Classique. Mais des radios qui le sont un peu moins. C’est physiologique, j’ai des bulles plein les poumons. Cette semaine là, tous les jours un médecin m’a dit « Impossible de continuer le tabac sous peine de récidive ». Stress. J’ai déjà essayer d’arrêter quelques mois plus tôt sans résultat probant. Je me suis revu en mode stressée dés le matin, y pensant sans arrêt et abandonnant 2 semaines plus tard… Stress. Allez, on essai encore une fois. Motivation. J’ai commencé à me demander : « Mais en fait, ça marche comment la dépendance au tabac ? » Questionnement. J’ai vu une tabacologue qui m’a parlé du sevrage en long en large et en travers. Dépendance à 9/10 (Merci le test). Appréhension. 1 patch 1/2 à 24mg. Inquiétude. Semaine de merde difficile.

Je sort de là, patché et clope électronique au bec et je ressors ce bouquin qu’une amie m’avait conseillé d’acheter et qui attendait sagement dans ma bibliothèque que je me décide à le lire pour essayer de reprendre le contrôle :

la méthode simple pour arrêter la cigarette

Je l’ai pas fini. Ce livre dit que lorsque tu le commence, à la fin tu ne pense même plus à la cigarette. Je dirais même plus : « Ça m’a aidé à arrêter de fumer avant ».

Alors concrètement comment est-ce que j’ai fait pour arrêter après 10 ans et 1 paquet et 1/2 par jour ?

Avec le recul, je pense qu’il y a une bonne tambouille de tout parce que clairement la « volonté » comme on dit toujours, je ne l’avais pas vraiment. Je partais pas à la guerre quoi…

La première chose c’est sans doute la peur des complications de santé. Clairement quand on entends que si on fait un pneumothorax bi-latéral (les deux côtés en même temps) on peut y rester : (logiquement) ça calme. Oui je suis sage. Je tiens à la vie et j’aime pas souffrir alors non merci, je voulais pas aggraver mon cas (mais il y en a qui en ont rien à foutre hein).

Étape importante : Ravalé sa fierté, accepter de se dire que nous sommes sous l’emprise d’un produit. (Ou drogué, oui si vous voulez).

La deuxième chose est que je me suis forcée, aidée de mon meilleur allié, la curiosité, à me rendre compte de ce qu’était la dépendance au tabac, comment cela agissait sur le cerveau (merci ARTE) et m’informer sur les habitudes, le pourquoi du comment etc (merci le livre ci-dessus)…

« On ne peut affronter quelque chose dont on ne connais pas le fonctionnement »

La troisième est que j’étais suivi et que j’avais vraiment connaissance de ce que j’utilisais et comment me servir des produits de substitution (le fait par exemple de savoir que lorsqu’on est « patché » et bien dosé on ne doit pas ressentir l’envie de fumer), il faut couper les patchs en petit morceau et trouver le dosage parfait. Ça le médecin ne me l’avait pas dit à mon premier essai ! Il ne faut surtout pas penser qu’on peut y arriver QUE tout seul, c’est une drogue et comme tous problèmes aussi pointu, il faut de l’aide. C’est chiant, il faut pouvoir se regarder dans un miroir face à l’adversité mais c’est juste un mauvais moment à passer 😉

En gros je me suis gavé, je me suis fait un lavage de cerveau. J’ai absorbé le maximum d’infos pour palier à ce problème. En ce qui concerne la délivrance du « geste », on s’y fait, j’ai lâché la e-cigarette car cela ne m’aider pas car je gardais toujours l’habitude d’avoir les mains occupées. Mon smartphone à été un super allié pendant mes pauses. On trouve toujours des solutions quand on se creuse un peu la tête. Au travail, c’est clair qu’il ne faut pas hésiter à ne plus les prendre avec ses collègues fumeur (pendant un moment) histoire de ne pas rendre l’arrêt plus difficile… Ok la solitude ça craint mais c’est quoi 3 à 6 mois de votre vie ? Et encore, il y a de plus en souvent de non fumeur comparé à quelques années en arrière !  Sans compter les nombreux lieux public où vous serez plus à l’aise. Je me souviens que j’ai connu le train fumeur, par la suite non fumeur ce qui m’obligeais à fumer ma clope sur le quai en 2 min chrono avant de repartir pour 2h. Ce moment de bonheur lorsque je n’ai pas ressenti ce besoin incessant de m’arrêter fumer une cigarette ! (Train ou voiture même combat)

Au bout d’environ 3 mois, un beau jour (et je m’en souviendrais toute ma vie) je me suis levée, j’ai commencé ma journée et au bout de quelques heures je me suis dit : « Oh, j’ai pas mis mon patch. Bon ça veut sans doute dire que je n’en ai plus besoin ! » Il y a eu quelques moment après où la pensée de vouloir fumer m’a traversé l’esprit pendant quelques secondes  pour s’envolée aussitôt. Après quelques temps c’est devenu « Tiens à ce moment là je fumais », une sorte de « nostalgie ». Et ça s’est évaporé. Bien sûr j’ai eu des moments difficiles, surtout au début lorsque mes patchs n’étaient pas bien dosé (trop : gros mal de crane, du mal à dormir et pas assez : du stress, envie de fumer).

Faire travailler sa patience, son adaptabilité.

La cigarette ne fait plus partie de ma vie, je n’y pense plus et je ne suis même pas gênée lorsque quelqu’un fume à côté de moi (bon à part quand ils sont quinze mille à fumer dans 20m2…) et je dois dire que les bénéfices sont énormes. Mon taux de stress est descendu à vitesse grand V (anecdote ci dessus), mon porte monnaie se rempli et mes poumons se régénère de plus en plus. Je ne suis plus malade l’hiver (bronchite). Ma dose de traitement pour l’asthme à été divisé de moitié. J’ai retrouvé mon souffle et la totale alors que cela ne m’étais jamais arrivé de ma vie : Je prends plaisir à faire du sport !!

 

Le conseil que je pourrais donner est : Faites en un maximum, mettez les chances de votre côté et faites vous confiance, votre esprit peut tout faire si vous le conditionné et ça, plus j’avance dans la vie plus je m’en rends compte. Il suffit de le vouloir, mais vraiment, pas juste se dire « ouai ça serait bien si j’arrêtais ».

Et gardez ceci en tête :

« Toute épreuve est une expérience et est bénéfique pour son évolution »

Allez, à la prochaine !

Prenez soin de vous et merci de votre lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s